09 octobre 2005

Phinarète, la sage femme

sage_femme2

« Je m’appelle Phinarète.

    Je suis une femme grecque née comme ma mère à Athènes. Mon père est un citoyen athénien et j’ai moi-même épousé un citoyen athénien du nom de Sophronisque.
C’est un honnête artisan qui sculpte le marbre blanc des îles pour en faire des statues.

    Dans ma demeure, je m’occupe de Socrate mon petit garçon et de la gestion de la maison. J’ai une esclave qui fait les tâches ménagères et  la cuisine pour la famille. Je vis la plupart du temps dans le gynécée, pièce de la maison à l’étage qui m’est réservée où je tisse des vêtements et autres étoffes.

    Artémis a toujours été ma déesse préférée. Dès l’âge de 7 ans, je lui ai été offerte pendant la fête d’Artémis Brauronia. Ainsi,  recouverte d’une peau d’ourse, j’ai marché dans le cortège religieux d’Athènes jusqu’au sanctuaire de Brauron. Plus tard, le jour de mon mariage, j’ai fait don à la déesse de mes jouets favoris et d’une boucle de mes cheveux. Je me suis mariée vierge comme elle et je suis même devenue  sage-femme après mon premier accouchement.

    En tant que sage femme, je surveille le travail d’enfantement et je délivre les femmes de leur enfant. Comme toutes les accoucheuses, je me sens parfois impuissante quand je ne peux sauver un bébé et même parfois la mère. Il arrive qu’on me reproche aussi que le fruit de l’accouchement ne soit pas à la hauteur des espérances. Les athéniens préfèrent avoir des garçons, et comme tous les grecs, ils veulent des garçons bien formés capables de faire de bons soldats. Les parents ne comprennent pas que je n’ai en moi même aucune sagesse ni aucun pouvoir sur les évènements : ce qu’ils ont accouché, cela vient d’eux, et s’ils en ont accouché, en vérité c’est  grâce à la déesse Artémis et à moi".

Posté par Loic Bureau à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Phinarète, la sage femme

Nouveau commentaire